Randonnées pour grizzlys

et autres animaux solitaires

Carte

En résumé:

Cartes:

Liens (cliquer sur le drapeau):

Cabane de l'A Neuve

Cette randonnée figure dans le livre

Randonnées pour Grizzlys

Alpes valaisannes

paru en 2013 aux éditions Slatkine. Livre 'Randonnées pour Grizzlys - Alpes valaisannes'

Le livre peut être commandé en ligne sur le site de Slatkine ou acheté dans toute bonne librairie de Suisse Romande.

Avec 153 bâtiments des plus rustiques aux plus « high-tech » à travers les Alpes Suisses, les cabanes du CAS représentent des buts d’excursion très appréciés. L’auteur en a visité de nombreuses avec un grand plaisir, mais est réticent à les recommander dans le cadre de ce livre. Ces dernières années ont vu une tendance se dessiner : les cabanes s’agrandissent, prennent de l’embonpoint afin d’accueillir toujours plus de monde dans toujours plus de confort. On peut penser ce que l’on veut de cette évolution. Toujours est-il que les cabanes « à l’ancienne », celles où la qualité de l’accueil prime sur la quantité, sont devenues presque des anachronismes. Or, en fin de compte, seules celles-ci intéressent le grizzly.

La cabane de l’A Neuve est sans conteste une cabane « à l’ancienne ». Inaugurée en 1927, ses murs de pierre semblent immuables. Elle occupe un magnifique belvédère au fond du paisible Val Ferret. En face s'élève le Mont Dolent, au sommet duquel se recoupent les frontières suisse, française et italienne. Par mimétisme, ce nid d’aigle de caractère a toujours été gardienné par des personnages de caractère. Et même si sa beauté n’est plus un secret depuis longtemps, elle reste mon coup de cœur parmi les cabanes.

Du village de La Fouly, prendre le petit pont sur la Dranse de Ferret, en contrebas de la route, et traverser le camping des Glaciers. Un signe nous indique la direction de la cabane, à 3h30. On s'engage dans une idyllique forêt de conifères. Remarquez comme il est agréable de marcher sur ce tapis de mousses et d'aiguilles qui amortit chaque pas, comme une piste finlandaise revisitée par des valaisans ! Une fois la lisière atteinte, le sentier se met à monter au milieu d'arbustes, dans un terrain très aride judicieusement nommé le Désert [1660m, 15min].

Bifurcation en-dessous de Pierre Javelle
1 - Bifurcation en-dessous de Pierre Javelle
Cabane de l'A Neuve
2 - Cabane de l'A Neuve
Mont Dolent, Aiguille de l'Amône
3 - Mont Dolent, Aiguille de l'Amône
Mont Dolent (3820m, 12533ft)
4 - Mont Dolent (3820m, 12533ft)

Les buissons se rabougrissent et se raréfient. Le chemin entame une série de zigzags de plus en plus abrupts tout en se rapprochant de la rivière Reuse de l'A Amône et d'un piton rocheux [env. 1975m, 1h20min]. L'escalade de ses dalles lisses est facilitée par des chaînes. Il existe également un chemin qui contourne le rocher par la gauche. L’état de celui-ci varie beaucoup d’une année à l’autre, parce qu'il emprunte la moraine délitée du glacier de l'A Neuve.

Arrivé au sommet du piton, on traverse le torrent à l’aplomb de la cascade. En début de saison, s'il reste beaucoup de neige, cet endroit peut s'avérer délicat à franchir. L’absence de passerelle, démontée pour l'hiver, oblige à se risquer sur la couche de neige qui recouvre la rivière. C’est une configuration potentiellement dangereuse, et selon les cas il vaut mieux renoncer. Ainsi, après un hiver pauvre en neige qui invitait à des sorties précoces en haute montagne, la balade avait dû s’interrompre à cet endroit. Sans regret, tant le spectacle des avalanches dévalant en terribles grondements le versant opposé était captivant. Le Mont Dolent culmine à 3828 mètres mais sa face Nord vaut tous les "4000" des Alpes.

Jolie terrasse à la cabane
5 - Jolie terrasse à la cabane

Le torrent franchi, on entame une longue montée assez facile mais soutenue dans les pentes gazonnées des Essettes, paradis pour marmottes et amateurs de myrtilles. On peut bientôt distinguer le drapeau de la cabane planté sur la falaise, puis la cabane elle-même. Sur la toute fin de parcours, les gazons laissent place à un pierrier stérile, voire à quelques névés tardifs. Le sentier s'éloigne de la cabane jusqu'à arriver vers 2700m, soit quelques dizaines de mètres plus bas que son altitude. Puis il se dirige franchement vers elle, avec au final le choix entre la « direttissima », un passage d'escalade facile dans une anfractuosité du promontoire (chaînes), ou un contournement à travers des blocs.

Le joli graffiti de bienvenue augure de l’accueil sympathique offert à la cabane de l’A Neuve depuis des lustres [2735m, 3h30]. Peut-être aurez-vous la chance d’apercevoir des gypaètes s’élancer des falaises des Pointes des Six Niers. On peut s’octroyer une pause prolongée sur la terrasse panoramique, car le retour dans la vallée s’annonce court : 2 heures, à en croire le panneau apposé contre la façade de la cabane. Cela s’explique par l’absence de sections plates dans ce parcours à la pente régulière. Un bâton télescopique s'avère utile dans la partie inférieure de la descente, là où l'aridité et la nature morainique du terrain accroissent les risques de dérapage.

Lors de chaque visite à la cabane de l’A Neuve, à diverses périodes de l’année, une belle surprise m’y attendait : des myrtilles à profusion, des gypaètes planant sur les Essettes, des avalanches dévalant le Mont Dolent. J’espère qu’il en sera de même pour vous lecteur !

Précédent Suivant