Randonnées pour grizzlys

et autres animaux solitaires

Carte

En résumé:

Cartes:

Liens (cliquer sur le drapeau):

Tête de Ferret, Bivacco Fiorio

Cette randonnée m'a emmené aux confins du Val Ferret, et même en territoire italien au bivouac Fiorio (2729m, 8953ft). Les alpages solitaires jaunis par l'automne avec les pics du massif du Mont-Blanc en toile de fond donnaient au paysage des airs de Patagonie.

En montant au Grand Col Ferret

1 - En montant au Grand Col Ferret

Le bivouac Fiorio, sur territoire Italien

2 - Le bivouac Fiorio, sur territoire Italien

Suite à une grossière erreur d'orientation au départ, j'ai effectué malgré moi un circuit encore plus intéressant que celui planifié initialement. Le projet était:

  • déposer la voiture près de la rivière entre les villages de Le Clou et Ferret
  • monter au Petit Col Ferret (La Léchère, Combe des Fonds)
  • escalader la Tête de Ferret
  • revenir au Petit Col Ferret
  • visiter le bivouac Fiorio
  • retourner au Petit Col Ferret et redescendre dans la vallée
comme dans le guide Rother.

Or le parcours finalement effectué fut:

  • voiture déposée près de la rivière mais après le village de Ferret
  • montée au Grand Col Ferret (La Peule)
  • escalade de la Tête de Ferret
  • redescente sur le Petit Col Ferret
  • visite du bivouac Fiorio
  • retour au Petit Col Ferret et redescente dans la vallée (Combe des Fonds)
  • remontée par la route jusqu'à l'endroit où se trouve la voiture

A vous de faire votre choix entre ces deux itinéraires. Le second, celui que je m'en vais vous décrire dans le détail, est certes plus long mais aussi plus intéressant puisqu'il s'agit d'un circuit. De plus, c'est en montant au Grand Col Ferret que les Grandes Jorasses se présentent de façon si spectaculaire, comme sur la photo 1. Au Petit Col Ferret, elles demeurent dissimulées au regard. En revanche, j'ai modérément apprécié les 30 minutes de marche sur la route afin de retrouver mon véhicule à la fin de parcours.

Au sommet de la Tête de Ferret

3 - Au sommet de la Tête de Ferret

Mon circuit a donc débuté par erreur près du pont sur la Drance de Ferret, à 1755m (6794ft) d'altitude. De l'autre côté du pont, un chemin carrossable monte en quelques zigzags à la ferme de La Peule (2071m, 6795ft). Afin d'éviter le bout désagréable sur la route dont je parlais au paragraphe précédent, il eût été sans doute préférable de parquer non loin du village de Ferret et de monter à Pramplo puis à La Peule. Une carte nationale au 1:50'000 vous guidera mieux que moi si vous optez pour cette possibilité.

A partir de La Peule, la route devient sentier. Un sentier large et bizarrement aplani, mais néanmoins relativement raide. On grimpe en dessous de la Dotse, au milieu d'alpages très jaune en fin d'été ou en automne. Soudain apparaissent au fond les Grandes Jorasses (plus précisément la Pointe Walker). Spectacle époustouflant que ce contraste entre roc vertical et steppe horizontale. On s'imagine presque en Patagonie là où la pampa vient buter sur la muraille du Fitz Roy. Le tableau de ce paysage utilise une large palette de couleurs: le gris du rocher, le jaune de l'herbe d'automne, le rouge des buissons desséchés, le bleu intense d'un ciel cristallin.

C'est finalement sans difficulté ni efforts démesurés qu'on arrive au Grand Col de Ferret (2537m, 8323ft), après 2h20. Au-delà du col, c'est l'Italie. On va s'y aventurer un peu plus tard. Pour le moment il s'agit de se hisser encore plus haut, sur la Tête de Ferret. Une sente ne figurant pas sur ma carte y mène, comme me l'avaient annoncé les gens à la ferme de La Peule. C'est raide mais facile, juste une pente d'herbe a monter. Et ça ne prend que 15 minutes depuis le col.

On n'est pas obligé de venir ici: un sentier sur territoire italien relie horizontalement les 2 cols Ferret, rendant ce détour vertical inutile. Mais pourquoi se priver d'un panorama encore plus étendu (cf. photo 3) ? Tout ça pour dire qu'on peut faire l'impasse de cette ascension si on le souhaite.

Combe des Fonds

4 - Combe des Fonds

Il faut 30 minutes pour redescendre de la Tête de Ferret par l'arête ouest jusqu'à un col secondaire (point 2539) puis à la jonction du Bivacco Fiorio. On trouve un bon sentier de ce côté-ci, mais l'arête rocheuse est moins débonnaire que les pentes d'herbe du flanc sud. On est bientôt entièrement en Italie. C'est d'ailleurs amusant de constater qu'à peine sur territoire italien, les panneaux indicateurs disparaissent ou sont renversés et les sentiers s'effilochent en plusieurs traces parallèles. Heureusement je sais ou je dois aller: poursuivre vers le glacier tout proche du Pré de Bar.

L'accès au bivouac Fiorio se fait sur un sentier de haute montagne classique, avec éboulis et gros blocs instables. Le balisage approximatif - des cairns qui semblent indiquer plusieurs traces différentes - me font aller de droite à gauche, d'une trace à l'autre. En 45 minutes depuis l'embranchement on est au site du bivouac Fiorio. Décor de glaciers, de hauts sommets: Aiguille du Triolet, Mont Dolent, Pointe Allobrogio. Renseignements pris, le petit cabanon en tôle et au toit arrondi est l'ancien bivouac, et non pas les toilettes comme je l'avais d'abord pensé. Le bivouac principal, récent, a des facades en bois et un toit de tôle.

La redescente a pris 2h30 au total, qui se décomposent comme suit: 30 minutes pour revenir à l'embranchement, 5 minutes de remontée au Petit Col Ferret, 1h30 pour dévaler la Combe des Fonds et passer au milieu des vaches à La Léchère. On voit en bas le pont et la place de parc près de la rivière. Finalement, si votre voiture est parquée au bas de la route de La Peule, restent 25 minutes de marche forcée sur la route du Val Ferret pour la retrouver.

Précédent Suivant